Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
VOIR AUSSI
Google
 
Web LatinReporters.com
Espagne - Logement: les "terriers" socialistes décriés

Madrid: de vieux immeubles sociaux disposent parfois de piscines... Loin des 30 m² proposés par l'actuel gouvernement socialiste... © LatinReporters.com
MADRID, mercredi 13 avril 2005 (LatinReporters.com) - Un tollé social et politique a contraint la ministre espagnole du Logement, la socialiste Maria Antonia Trujillo, à remiser son projet de construire des logements sociaux d'à peine 25 ou 30 m², qualifiés de "terriers" par l'Organisation des consommateurs et usagers (OCU).

Les logements sociaux en Espagne ont aujourd'hui de 60 à 120 m². Dès l'investiture, en avril 2004, du gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero, la ministre Trujillo promettait d'en faire construire 180.000 par an. Elle n'en a mis que 51.000 en chantier en 2004.

Relevant que les normes légales actuelles ne prévoient pas qu'un jeune "puisse n'avoir besoin que d'un appartement de 30 m²", la ministre Trujillo annonçait lundi, en inaugurant à Barcelone la Foire internationale de la construction, son intention de modifier ces normes trop "corsetées".

Selon la ministre, les modules habitables de 25 à 30 m² exposés dans cette foire seraient une "innovation" avalisée par son succès supposé dans des pays nordiques "avancés" et ils s'adapteraient au "cycle vital des personnes", puisque "l'annexion du logement modulaire d'à côté" pourrait couvrir d'éventuels nouveaux besoins familiaux.

"Non à ces terriers!" s'est aussitôt exclamée la porte-parole de l'OCU, Ileana Izverniceanu. Elle redoute la généralisation de tels logements, conçus en principe pour une seule personne, mais qui risqueraient de devenir l'habitat de familles ne pouvant rien s'offrir de plus digne.

Comme tous les adversaires des mini-logements proposés par la ministre Trujillo, l'OCU affirme qu'il faut réduire le coût des appartements, mais non leur dimension. Le prix moyen des logements a augmenté en Espagne de 150% depuis 1997. Cette flambée résulte d'une forte demande encouragée par les taux hypothécaires historiquement bas et d'une gestion spéculative des sols par les mairies espagnoles, y compris socialistes, qui tirent de l'immobilier l'essentiel des revenus municipaux.

En prônant des logements sociaux de 30 m², le gouvernement veut "escroquer les familles". Cette mesure "rétrograde, épouvantable et injuste réduira davantage la natalité en Espagne" estime Eduardo Hertfelder, président de l'Institut de politique familiale.

La principale formation de l'opposition, le Parti populaire (PP, conservateur), qualifie de "honteux" et de "contraire au droit constitutionnel à un logement digne" le projet de la ministre Trujillo. Le PP exige qu'elle s'explique devant le Congrès des députés... "après avoir vécu une saison dans 30 m²" suggère le secteur Nouvelles générations du grand parti conservateur.

Le tollé vient aussi de la gauche

La Généralité (gouvernement autonome régional) de Catalogne, pourtant présidée par un socialiste, affirme, par la voix de sa directrice générale au Logement, Carme Trilla, que des appartements de 30 m² rappellent "un type de constructions de certaines époques du franquisme... Nous ne marchons pas sur cette voie".

"On n'a pas besoin d'appartements plus petits. Derrière ce débat se cachent les intérêts de constructeurs, qui savent qu'un appartement plus petit leur permet en réalité de gagner plus au mètre carré" ajoute Carme Trilla.

Les deux grands syndicats nationaux s'opposent aussi à la ministre Trujillo. Les Commissions ouvrières (pro-communistes) notent que "l'espace vital est évidemment supérieur à 25 m²" et les jeunes de l'Union générale des travailleurs (UGT, socialiste) dénoncent un projet "discriminatoire" qui "porte atteinte au droit à un logement digne".

Dans la presse, le journal madrilène conservateur ABC est le plus critique. Dans un éditorial intitulé "La ruche de Trujillo", il estime "difficile de prendre au sérieux la solution extravagante, à la japonaise" de la ministre socialiste du Logement.

Malgré l'appui de son propre parti et d'associations d'architectes et de constructeurs, Maria Antonio Trujillo a remisé son projet, reléguant ses mini-logements sociaux au rang de simple "idée à débattre". La législation ne serait donc pas modifiée. Pourtant, estime la ministre, "la dignité d'un logement ne se mesure pas à ses mètres carrés".

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum



ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 L'Espagne construit plus de logements que France, Allemagne et Italie réunies
 Dossier Espagne
 Tous les titres

L'Espagne construit plus de logements que la France, l'Allemagne et l'Italie réunies

Dossier Espagne
REPRODUCTION
© LatinReporters.com

Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

1 Attribution claire à LatinReporters.com

2 Lien actif vers notre site sur le mot LatinReporters.com
PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Guerre antiterroriste
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à LatinReporters.com avec lien actif vers notre site sur le mot LatinReporters.com