Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  | Forum 
Google
 
Web LatinReporters.com
Le premier enfant de Letizia et Felipe est une fille
Espagne-naissance royale: Leonor secoue la Constitution et la raison

Letizia Ortiz et le prince Felipe
Photo LatinReporters.com
par Christian Galloy
Analyste politique,
directeur de LatinReporters.com


MADRID, lundi 31 octobre 2005 (LatinReporters.com) - Si elle n'a pas de frère ou si la loi salique est expulsée de la Charte suprême, Leonor sera reine d'Espagne dans 40 ou 50 ans. A condition, encore, qu'une IIIe République ne soit pas proclamée d'ici là. Née lundi dans la nuit madrilène, premier enfant du prince héritier Felipe et de l'ex-journaliste Letizia Ortiz, Leonor de Bourbon secoue la Constitution et la raison.


L'infante nouveau-née occupe la deuxième ligne dans la succession à la couronne, après le prince Felipe lui-même. Ce dernier deviendra Felipe VI lorsqu'il succédera à son père, le roi Juan Carlos Ier. Aussi le règne éventuel de Leonor relèvera-t-il en principe de la seconde moitié de ce 21e siècle.

Pour la succession au trône d'Espagne, l'article 57/1 de la Constitution préfère "l'homme à la femme" dans la même ligne et le même degré. Le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, président du gouvernement et féministe militant, promettait dès son investiture, en avril 2004, de jeter aux oubliettes ce vestige de loi salique. La naissance de Leonor crée une forte pression en faveur du respect de cette promesse de révision constitutionnelle.

Mais toute modification de la Charte suprême touchant la couronne bouleversera le cadre politique. Car la révision devrait non seulement être approuvée à la majorité des deux tiers de chacune des deux Chambres, mais aussi être suivie de la convocation d'élections législatives. Les nouveaux députés et sénateurs devraient approuver à leur tour la révision constitutionnelle. Cette dernière, enfin, serait soumise à un référendum national.

La perspective d'élections anticipées liées à une rapide révision constitutionnelle n'élargira pas le sourire perpétuel de M. Zapatero. Sa gestion des autonomies régionales, qui a réactivé l'incendie nationaliste en Catalogne, et la pression de l'immigration clandestine sur les frontières sud de l'Espagne rabaissent désormais, dans les sondages, les socialistes au niveau du Parti populaire (PP, opposition conservatrice).

31 octobre 2003: la veille de l'annonce de ses fiançailles avec le prince Felipe, Letizia Ortiz présente pour la dernière fois le journal télévisé - Photo LatinReporters.com
En outre, malgré les éloges lancés par M. Zapatero, pour saluer la naissance de Leonor, à "l'inestimable fonction d'intégration sociale et territoriale" de la monarchie, le républicanisme n'est pas mort en Espagne. Latent au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de M. Zapatero, il est clairement affiché par les écolo-communistes d'Izquierda Unida (IU, Gauche unie) et par Esquerra Republicana de Catalunya (ERC, Gauche républicaine de Catalogne). Or, IU et ERC sont les deux alliés parlementaires sans lesquels M. Zapatero ne gouvernerait peut-être déjà plus. Le PSOE ne contrôle en effet qu'une majorité relative des députés et il est minoritaire au Sénat.

En conséquence, le gouvernement socialiste tentera de reporter la révision constitutionnelle à la fin de la législature et d'inclure dans le référendum sur cette révision d'autres questions, relatives notamment à l'organisation territoriale de l'Espagne, afin que la consultation populaire ne tourne pas en un périlleux "oui" ou "non" à la monarchie.

En codifiant une procédure de révision aussi lourde, les pères de la Constitution postfranquiste de 1978 avaient voulu blinder la couronne. Celle-ci a été rétablie en la personne de Juan Carlos Ier en 1975, à la mort et selon le voeu du général-dictateur Francisco Franco, qui avait écrasé la IIe République lors de la guerre civile de 1936-1939. Peut-être par conviction, certainement par nécessité, le roi Juan Carlos a choisi la démocratie. Son opposition décisive à la tentative de coup d'Etat militaire du 23 février 1981 a assis son prestige et sa popularité.

L'hérédité liée à l'institution monarchique et donc le débat sur l'avenir de Leonor secouent les Espagnols partisans de la raison républicaine sur laquelle repose, par exemple, la démocratie française. "Nul ne sera discriminé pour raison de naissance" proclament tant la Constitution espagnole que la Déclaration universelle des droits de l'homme. Pourtant, comme le souligne en substance Gaspar Llamazares, coordinateur général d'IU, l'hérédité des privilèges de la famille royale prive tous les autres Espagnols du droit de briguer la charge de Chef de l'Etat, théoriquement symbolique, mais substantielle en pouvoir d'influence.

L'assaut à la raison et à l'intelligence, c'est aussi l'impossiblité, en Espagne, d'allumer aujoud'hui et ces prochains jours la radio ou la télévision sans être abreuvé d'éloges tiers-mondistes des qualités supposées des géniteurs de Leonor, le prince héritier Felipe et son épouse Letizia.

Des médias annoncent que Leonor sera baptisée avec de l'eau du fleuve Jourdain recueillie au Moyen-Orient par le service diplomatique espagnol. Le Jourdain irriguant des terres et mêlant les effluves d'Arabes et d'Israéliens, ce baptême contribuera peut-être à L'Alliance des civilisations souhaitée par José Luis Rodriguez Zapatero...

Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
 Dossier Letizia Ortiz-prince Felipe
 Dossier Espagne
 Tous les titres

VOIR AUSSI
  • Dossier Letizia Ortiz-
        prince Felipe
  • Dossier Espagne
  • REPRODUCTION
    © LatinReporters.com

    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à son auteur et à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Guerre antiterroriste
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des billets audios sous la signature et l'angle souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   |  Titres   | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué à son auteur et
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com