Accueil  | Politique  | Economie  | Multimédia  | Société  | Pays+dossiers  | Flashs  | Titres  |Communiqués
  
Google
 
Web LatinReporters.com
Tractations pour la libération d'Ingrid Betancourt, otage de la guérilla
Colombie - "Vous dites aux FARC que la prise d'otage paye"... HRW avertit Uribe (et Sarkozy?)

BOGOTA, jeudi 7 juin 2007 (LatinReporters.com) - "En libérant des guérilleros des FARC, vous dites à ce groupe impitoyable que la prise d'otage paye" prévient l'organisation humanitaire Human Rights Watch (HRW) dans une lettre au président colombien Alvaro Uribe. Sans le citer, l'avertissement s'étend implicitement au président français Nicolas Sarkozy, qui a obtenu la libération d'un chef des FARC dans l'espoir de favoriser celle d'Ingrid Betancourt, otage de la guérilla.

Sortis de prison, des guérilleros des FARC libérés par le président Uribe arrivent le 6 juin 2007 au centre de vacances Comcaja, dans la localité de Chicoral (département de Tolima, centre de la Colombie)
Photo Presidencia de la República

La Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, ex-candidate d'un parti écologiste à la présidence de la Colombie, est séquestrée depuis le 23 février 2002 par les insurgés marxistes des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie). Obtenir sa liberté par un échange humanitaire -libération de guérilleros emprisonnés contre celle d'otages de la guérilla- est l'une des priorités affichées par le président Sarkozy. Les FARC sont officiellement considérées comme une organisation terroriste par l'Union européenne et par les Etats-Unis.

Emettant l'espoir que la guérilla fasse un geste identique, le président Uribe a sorti de prison cette semaine près de 200 rebelles des FARC, qu'on rassemble dans un "centre de vacances" du département de Tolima. On y prépare leur élargissement définitif et leur réinsertion dans la société.

Le terroriste Rodrigo Granda, interlocuteur de la France

A la demande expresse de Nicolas Sarkozy, confirmée par un communiqué de l'Elysée, Alvaro Uribe a ajouté à ces libérations en cours celle du plus important guérillero emprisonné, Rodrigo Granda, surnommé le "canciller" (ministre des Affaires étrangères) des FARC.

Rodrigo Granda est pourtant condamné à 15 ans de prison. Outre ses activités "diplomatiques" en Amérique latine et en Europe, il initiait les rebelles au maniement d'explosifs et à la confection de voitures piégées. S'il devait aujourd'hui voyager à Paris, toute escale risquerait de lui être fatale, car le président du Paraguay, Nicanor Duarte, a promis de lancer Interpol à ses trousses pour son implication dans l'enlèvement et l'assassinat de Cecilia Cubas, fille de l'ex-chef d'Etat paraguayen Raul Cubas.

Quoique salué par la France, l'Espagne et la Suisse (les trois pays qui tentent de faciliter l'échange humanitaire), l'élargissement du terroriste Rodrigo Granda, actuellement hébergé à Bogota au siège de l'épiscopat colombien, est sans doute celui qui aura le plus indigné Human Rights Watch. La lettre de l'organisation humanitaire aurait toutefois plus de poids si, parallèlement aux inquiétudes et critiques, elle indiquait un meilleur chemin à suivre pour libérer les otages des FARC.

Au moment de son interception à Caracas (Venezuela) par les services secrets colombiens, en décembre 2004, Rodrigo Granda était l'interlocuteur privilégié de la France pour négocier la libération d'Ingrid Betancourt. Nicolas Sarkozy voudrait qu'il le soit à nouveau, mais Granda s'en remet à une éventuelle approbation préalable de l'état-major des FARC.

Les chefs de la guérilla se sont limités jusqu'à présent à qualifier de "farce" la libération unilatérale massive de guérilleros ordonnée par le président Alvaro Uribe. Ils exigent qu'un éventuel échange humanitaire de prisonniers soit négocié dans une zone préalablement démilitarisée qui couvrirait les municipalités de Florida et Pradera, soit un territoire de 800 km2 dans le sud-ouest de la Colombie.



Lettre du directeur exécutif de Human Rights Watch (HRW), José Miguel Vivanco, au président colombien Alvaro Uribe (traduction de LatinReporters - original en anglais):

Washington, D.C., 6 juin 2007

Président Alvaro Uribe Velez
Présidence de la République de Colombie
Palais de Nariño
Bogota, Colombie

Monsieur le Président,

Je vous écris pour exprimer la grave préoccupation de Human Rights Watch concernant votre proposition de libérer ou de réduire les peines de prison de politiciens actuellement soumis à enquête pour divers crimes de collaboration avec des paramilitaires, concernant aussi les mesures que vous prenez pour libérer des membres de la guérilla des FARC qui purgent actuellement des peines de prison pour leurs crimes.

Vous avez largement justifié ces mesures. Néanmoins, comme nous l'expliquons ci-dessous, ces mesures contredisent en fait les objectifs que vous  êtes censé poursuivre. Ces mesures sont plutôt susceptibles de promouvoir une culture de l'impunité et de dissimulation, laissant intact le pouvoir des groupes paramilitaires et de la guérilla.

I. La libération de collaborateurs de paramilitaires

[NDLR - Dans cette première partie de sa lettre, le directeur exécutif de Human Rights Watch soutient qu'il est indispensable, pour instaurer une dissuasion effective, d'éviter l'impunité de personnalités liées aux réseaux politiques et financiers des paramilitaires. C'est dans la même optique qu'il s'oppose, dans la seconde partie, traduite entièrement ci-dessous, à l'actuelle libération unilatérale de guérilleros des FARC.]

II. La libération unilatérale de membres des FARC

Vous avez récemment pris des mesures visant à libérer unilatéralement des membres de la guérilla des FARC qui ont été condamnés et purgent des peines de prison pour leurs crimes. Plusieurs aspects de votre décision nous inquiètent beaucoup:

1) Des personnes responsables de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, y compris de prises d'otages, ne doivent pas être libérées

De nombreux membres des FARC actuellement emprisonnés purgent des peines pour crimes contre l'humanité et pour violations sérieuses des lois de la guerre ou pour crimes de guerre, tels que prise d'otage, meurtre, disparitions forcées et recrutement d'enfants combattants. Votre gouvernement a l'obligation en vertu du droit international, y compris le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, d'engager la responsabilité de ces auteurs de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre. Par conséquent, il est impératif que la Colombie honore ses engagements légaux internationaux et s'abstienne d'octroyer le pardon ou des réductions de peine à tout individu coupable de ces crimes odieux.

2) Une libération unilatérale enverrait des messages dangereux aux FARC

L'organisation de guérilleros à laquelle ces individus appartiennent, les FARC, fait de la prise d'otages une pratique régulière et a cherché à utiliser ses otages pour faire pression sur le gouvernement afin qu'il accède à ses exigences. Elle a affiché à plusieurs reprises un profond mépris de la vie et du bien-être de civils et d'otages. Ses chefs ont également montré un manque de sérieux et de crédibilité lors d'anciennes négociations avec le gouvernement.

En libérant des membres des FARC de la prison, vous enverrez à ce groupe impitoyable le message très dangereux signifiant que la prise d'otage paye. Plutôt que de les encourager à négocier, vous risquez de les inciter à commettre d'autres atrocités.

3) Les membres emprisonnés des FARC ne devraient pas recevoir des avantages pour démobilisation

Les membres des FARC que vous libérez de la prison ne s'étaient pas démobilisés lorsqu'ils en avaient l'opportunité, avant d'être arrêtés. Comme dans le cas des politiciens qui ont collaboré avec des paramilitaires, il n'y a aucune bonne raison de leur accorder le pardon ou d'autres avantages liés à une démobilisation postérieure à leur arrestation et condamnation.

4) La libération de membres emprisonnés des FARC responsables des crimes sape le pouvoir de la loi

Les membres des FARC que vous libérez avaient été condamnés grâce au dur travail et aux sacrifices d'enquêteurs, de procureurs et de juges. Dans un pays où l'impunité est la norme, cela fait partie des rares cas où les institutions de la justice semblent avoir fonctionné. En libérant ces individus avant qu'ils aient accompli leur peine, votre gouvernement renforcera le message disant que ceux qui commettent des crimes sont rarement, voire jamais, punis et que même des membres des FARC peuvent toujours trouver une manière de se soustraire à une pleine responsabilité.

* * *

En justifiant ces mesures, vous avez dit plusieurs fois qu'elles sont nécessaires pour surmonter "la tragédie" qui consume la Colombie. Mais ce sont les victimes civiles colombiennes -les millions de personnes déplacées, les parents des disparus, les enfants combattants, les victimes d'enlèvements et les syndicalistes, journalistes, et défenseurs des droits de l'homme assassinés- qui ont supporté le poids de cette tragédie. Pendant des années, les responsables de ces atrocités ont évolué librement, à même de continuer à profiter de la souffrance d'autres. Cette impunité est, en soi, une composante centrale de la tragédie colombienne, qui mêle douleur des victimes et encouragement aux malfaiteurs à commettre d'autres abus. En perpétuant cette impunité, les mesures que vous proposez ne feront qu'alimenter la tragédie plutôt que la résoudre.

Beaucoup de gens, de juges et de procureurs en Colombie luttent, malgré de grandes difficultés, pour établir une démocratie plus paisible et plus prospère, où les droits de l'homme et la loi sont respectés. Dans ce but, nous vous invitons à prendre des mesures efficaces, abandonnant ces propositions et mesures mal conçues et appuyant en échange les enquêtes et la mise en cause d'individus impliqués dans des abus et la corruption.

Cordialement,

José Miguel Vivanco
Directeur exécutif [de Human Rights Watch]

 version imprimable
Vous pouvez réagir à cet article sur notre forum


ARTICLES ET DOSSIERS LIÉS
Colombie - Ingrid Betancourt : les FARC refroidissent l'espoir de libération
Betancourt: les FARC disent à Sarkozy que ses "bons offices" seront "décisifs"
Dossier Ingrid Betancourt
Dossier Colombie


VOIR AUSSI
  • Les FARC refroidissent l'espoir
  • Betancourt: appel des FARC
         au président Nicolas Sarkozy
  • Dossier Ingrid Betancourt
  • Dossier Colombie
  • REPRODUCTION
    Le texte de cet article peut être reproduit à 2 conditions:

    1 Attribution claire à LatinReporters.com

    2 Lien actif sur le mot LatinReporters.com

    L'affichage de ce logo
    serait aussi apprécié
    PAYS
  • Argentine
  • Bolivie
  • Brésil
  • Chili
  • Colombie
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Equateur
  • Espagne
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Paraguay
  • Pérou
  • Porto Rico
  • R.dominicaine
  • Salvador
  • Uruguay
  • Venezuela
  • DOSSIERS
  • Tous les titres
  • Alliance des Civilisations
  • Pays basque-ETA
  • Europe-Amér. latine
  • Espagne-UE
  • Gibraltar
  • Letizia-prince Felipe
  • Irak
  • Droits de l'homme
  • Ingrid Betancourt
  • Terrorisme international
  • Globalisation
  • Immigration
  • Peuples autochtones
  • Dollarisation
  • Drogue
  • NOUS CONTACTER
  • Rédaction
  • Christian Galloy directeur
  • (00 34) 917 155 469
  • (00 34) 610 686 761
  • Publicité - Références
  • SERVICE RADIO
    Nous fournissons aux radios des reportages et analyses audio sous l'angle et la signature souhaités.

      Accueil   |  Politique   |  Economie   |  Multimédia   |  Société   |  Pays+dossiers   |  Flashs   | Titres  | Forum 

    © LatinReporters.com - Amérique latine - Espagne
    Le texte de cet article peut être reproduit s'il est clairement attribué
    à LatinReporters.com avec lien actif sur le mot LatinReporters.com